VERSAILLES : PERSPECTIVES ET ANAMORPHOSES

En arrivant à Versailles, en admirant dans le parc parterres et sculptures, l’oeil se voit nourri d’une profusion de richesses naturelles et artistiques. Pour une fois, nous avons cherché une autre entrée que celle de l’art statuaire, de la mythologie et des symboles. Nous avons fouillé en considérant Versailles dans un contexte culturel élargi.

LE 17E SIECLE ET LES SCIENCES

Du point de vue scientifique l’astronomie qui sort de la révolution copernicienne, (1543, parution du principal traité de Copernic) suivie des travaux de Kepler, qui effectua un travail considérable sur l’observation des planètes du système solaire, est la cause des profonds changements du 17e siècle.

CREATION DE L’ACADEMIE ROYALE DES SCIENCES (1666)

« […] après que la Paix des Pyrénées (1659) eût été conclue, le roi jugea que pon royaume, fortifié par les conquêtes qui venaient de lui être assurées, n’avaient plus besoin que d’être embelli par les arts et les sciences, et il ordonna à monsieur Colbert de travailler à leur avancement »[1]

Colbert, sous l’impulsion de Louis XIV, fonde la première Académie des sciences en 1666 sur le modèle des acadmies qui se constituent à la même époque comme la Royal Society à Londres.

ART DES JARDINS ET SCIENCES

Le contexte culturel s’enrichit donc du discours scientifique. Concevoir un jardin tel que Versailles, c’est ordonner le paysage en trois dimensions.  C’est maîtriser la perspective. C’est aussi modeler l’horizon pour le plaisir de l’œil.

LA PERSPECTIVE

La perspective est l’art de représenter sur une surface plane une réalité qui est en trois dimensions… En savoir plus avec l’Atelier La Salamandre

C’est à la Renaissance avec des artistes comme Brunelleschi (1377-1446) ou Pierro della Francesca (1415-1492) que la perspective s’impose comme technique de dessin.

PierroDellaFrancescaCiteIdeale1475

EFFETS D’OPTIQUE ET PERSPECTIVES A VERSAILLES

 Au XVIIe siècle, de nombreuses techniques fondées sur l’optique géométrique d’Euclide sont exploitées dans l’aménagement des jardins. Distances et altitudes sont mises en rapport de manière à réaliser des cadrages visuels.

De plus, les théoriciens du jardinage prônent l’allongement des formes afin d’en compenser le raccourci visuel : pour voir un carré il faut réaliser un rectangle. On s’inspire pour cela des  manuels consacrés aux anamorphoses qui paraissent en France dans les années 1630-40. On y trouve des schémas de distension des formes proportionnelle à leur éloignement.

Par ailleurs, ils préconisent l’établissement de terrasses afin de mieux distinguer les motifs des parterres.

Les corrections d’optiques appliquées à Versailles

L’axe de composition du Grand Canal mesure 3km pour une faible différence de niveau (30m). Il en résulte une vision rasante et un raccourci optique excessif. Pour équilibrer le paysage qui s’offre à l’œil, Le Nôtre invente des dispositifs optiques particuliers.

010 VersaillesParc17e

Pour que les parties lointaines ne semblent pas trop petites, il utilise donc l’anamorphose qui consiste à augmenter les dimensions des parties les plus éloignées afin qu’elles ne paraissent pas ridiculement petites. Le Nôtre définit deux « secteurs angulaires » dans lequel il va inscrire le dessin des bassins et les bords du Grand Canal.

002 20140619_163641

Le premier secteur angulaire (en rouge) permet de régler la longueur des bassins aux extrémités et aux intersections du Grand Canal :

003 20140619_163928

Le second secteur angulaire permet d’ajuster à l’envergure du bassin d’Apollon la largeur d’ensemble des bassins.

004 20140619_164015

 Afin d’aménager la découverte visuelle de la perspective ainsi créée et de tirer parti du faible dénivelé (30m) du terrain, Le Nôtre conçoit une suite de points remarquables ou collimations qui coordonnent distance et niveau.

Point n°1 (haut des escaliers de la terrasse)

005 20140619_164139

Point n°2 (bas de l’escalier de la terrasse)

006 20140619_164222

Point n°3 (entre les deux bassins du parterre d’eau)

007 20140619_164251

Point n°4 (angle des bassins du parterre d’eau) : on découvre le bassin d’Apollon

008 20140619_164329

Point n°5 (en haut du degré) : bassin de Latone, tapis vert, GC (la perspective totale)

009 20140619_164346

 

grand-canal

UNE PERSPECTIVE HISTORIQUE

A l’extrémité du Grand Canal, Le Nôtre a conçu un espace circulaire d’où partent des allées rayonnantes : l’étoile royale (en savoir plus sur la restauration)

013 Etoile-Royale2

Cette espace est de même forme et quasiment de même diamètre que l’actuelle place de l’étoile à Paris.

014 Paris-Place-de-lEtoile-by-French-Moments1

Pierre-André Lablaude, architecte en chef du domaine de Versailles chargé du parc, a découvert les similitudes entre les deux espaces et a cherché, avec son équipe, à en savoir plus.

LA CRÉATION DES CHAMPS-ELYSÉES

En 1616, les Champs Élysées ne sont encore que des terrains marécageux. Marie de Médicis décide d’y faire aménager une longue allée bordée d’arbres : le « cours de la Reine ».

Le paysagiste André Le Nôtre, qui est aussi jardinier du roi pour le jardin des Tuileries, poursuit son aménagement en 1670 selon le souhait de Louis XIV. Elle était alors appelée « Grand cours » et ne prendra le nom de Champs-Elysées qu’en 1709. Cette allée s’arrêtait alors au rond-point actuel, avant le grand égout, qui évacuait les eaux sales dans la Seine.

Elle est prolongée jusqu’à l’Etoile de Chaillot, actuelle place de l’Etoile, en 1724.

André Le Nôtre conçoit, pratiquement au même moment (les années 1670) pour les futures Champs Elysées, une perspective quasiment identique à celle du GC :

Même orientation est-ouest :

016 20140619_222225

Même organisation d’ensemble :

017 20140619_162818

Une découverte troublante qui détermine deux des plus belles perspectives historiques d’Ile de France :

015 20140619_162702

La perspective des Champs Elysées sera complétée au 20e siècle par la construction de l’arche de la Défense (perspective Mitterrand) qui détermine le grand axe historique parisien.

550px-Paris_Axe_Historique

Sources bibliographiques

Dispositif optique du GPV : https://www.youtube.com/watch?v=-RnjYn-pWWU

Une perspective historique : https://www.youtube.com/watch?v=15NiTYKrqDE

Site Le Nôtre : http://www.lenotre.culture.gouv.fr/index.html

Sur Le Nôtre (extrait de la Ciothèque) : http://clio-cr.clionautes.org/andre-le-notre.html#.U60f9vl_svY

Le Grand Parc : http://laurentour78.canalblog.com/archives/2012/08/15/24898306.html

Académie des sciences : http://www.academie-sciences.fr/academie/histoire.htm

Chantal Grell, Histoire intellectuelle et culturelle de la France du Grand Siècle (1645-1715), Paris, 2000, Edtions Nathan Université

[1] Fontenelle, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Histoire de l’Académie des sciences (1733)

Publicités

Carnaval des animaux… les textes de Francis Blanche, musique (Saint Saëns), images (variées) ! (après Nomade et Pain d’Epice du 1er février)

1. Introduction
Au Jardin des Plantes,
Ainsi nommé d’ailleurs
À cause des animaux
Qu’on y a rassemblés
Au Jardin des Plantes
Une étrange ardeur
Semble régner.
On décore, on festonne,
On visse, on cloue, on plante,
Le castor construit des tréteaux,
La grue porte des fardeaux,
Le python accroche des tableaux,
Car ce soir au jardin des Plantes
C’est la grand fête éblouissante :
Le Carnaval des Animaux.
Tout est prêt.
La foule se masse,
L’orchestre, à pas de loup,
Discrètement se place :
L’éléphant prend sa trompe,
Le cerf son cor de chasse,
Et voici que soudain
Monte dans le silence,
Pour le plaisir de nos cinq sens,
La musique de Monsieur Saint-Saëns

2. Marche Royale du Lion
Soudain :
Vive le Roi !
Et l’on voit,
La crinière
En arrière,
Entrer le Lion,
Très britannique,
La mine altière,
Vêtu de soieries
Aux tons chatoyants :
Soieries de Lyon,
Évidemment.
Il est fort élégant,
Mais très timide aussi :
À la moindre vétille,
Il rugit comme une jeune fille.
Peuple des animaux, écoute-le !
Tais-toi ! Laisse faire Saint-Saëns,
La musique, et ton Roi !

3. Poules et Coqs
Gens de cour et gens de plume,
Voici les poules et les coqs :
Basse cour et courte plume,
Ils sont bien de notre époque.
Les uns crient Cocorico, très haut,
Les autres gloussent, caquettent,
Très bêtes,
Car tous ont une idée secrète,
Une idée de derrière la crête :
Signer pour l’année entière
Un contrat phénoménal :
Les poules aux Folies Bergères,
Le coq chez Pathé Journal.

4. Les Hémiones
Un hémione, c’est un cheval;
Des hémiones, ce sont des chevaux.
L’hémione est un bel animal,
Les hémiones sont de fiers animaux.
Il trotte comme un vrai cheval,
Ils galopent comme de vrais chevaux.
Il tombe sans se faire de mal,
Se relève sans dire de gros mots.
Et si l’hémione est un cheval,
Si les hémiones sont des chevaux,
Il a comme tout animal,
Ils ont comme tous les animaux,
Leur place dans notre carnaval,
Comme dans tous les carnavaux.


5. Les Tortues
Au Carnaval, une fois l’an,
Les tortues dansent le Cancan.
Et sous leur monture d’écaille
Elles transpirent, elles travaillent,
Elles se hâtent avec lenteur.
Mais quand vous verrez, spectateurs,
Danser ce Galop d’Offenbach
Au rythme de Sébastien Bach,
Vous comprendrez qu’il ne faut point
Jouer avec son embonpoint,
Et qu’il vaut mieux courir
Que de partir à point.


6. L’Éléphant
Les éléphants
Sont des enfants
Qui font tout ce qu’on leur défend.
Car pour l’éléphant
Les défenses,
Depuis le fin fond de l’enfance,
ça se confond avec les dents.
Tout légers malgré leurs dix tonnes,
Comme des collégiens
de Cambridge ou d’Eaton,
Les éléphants
Sont des enfants,
Et qui se trompent énormément.


7. Les Kangourous
Athlète universel
Comme en vain on en cherche,
Voici le kangourou,
Redoutable boxeur,
Recordman du saut en longueur,
Et champion du saut à la perche.
Oui, quand de l’Australie
Tu quitteras la brousse,
Nos sportifs près de toi
Sembleront des fantoches,
Kangourou ! Tu les mettras tous.
Dans ta poche !


8. Aquarium
De la baleine à la sardine,
Et du poisson rouge à l’anchois,
Dans le fond de l’eau, chacun dîne
D’un plus petit que soi.
Oui, la coutume singulière
De cette lutte à mort,
dans les algues légères,
Fait frémir en surface
notre âme hospitalière.
Mais au fond, c’est la vie,
quand on veut bien chercher;
Et que celui qui n’a jamais péché
Jette aux poissons la première pierre.


9. Personnages à longues oreilles
Las d’être une bête de somme
Dont on se moque à demi-mot,
Au Carnaval des Animaux
L’âne s’est mis un bonnet d’homme.


10. Le Coucou au fond des bois
Jouant à cache-cache
Avec on ne sait qui,
Le coucou, vieil apache,
Vient de voler un nid.
Usurpant une place,
Détruisant un bonheur,
C’est le coucou vorace
Dont les maris ont peur.
Et chacun soupire à part soi :
« Que le son du coucou est triste,
au fond des bois ! »


11. Volière
Étourneaux, martinets,
Merles et rossignols,
Serins et canaris,
Alouettes et arondes,
Volez, gentils oiseaux !
Chantez ! Personne au monde
Ne vous condamnera
Pour chantage ou pour vol.


12. Pianistes
Quel drôle d’animal !
On dirait un artiste !
Mais dans les récitals
On l’appelle pianiste.
Ce mammifère concertivore,
digitigrade,
Vit le plus souvent
en haut d’une estrade.
Il a des yeux de lynx
et une queue de pie,
Il se nourrit de gammes,
Et ce qui est bien pis,
Dans les vieux salons
il se reproduit
Mieux que les souris.
Près de son clavier
il vit en soliste;
Cependant, sa chair
est peu appréciée :
Amateurs de gibier,
Chasseurs, sachez chasser !
Ne tirez pas sur le pianiste !


13. Fossiles
Sortis spécialement
De leur muséum,
Messieurs les fossiles :
Les iguanodons,
Les mégathériums,
Les ptérodactyles,
Ichtyosaures,
Dinosaures,
Brontosaures,
Nabuchodonosor,
Et autres trésors
Des temps révolus,
Sont venus
Simplement pour prendre l’air,
L’ère quaternaire,
Bien entendu.
Et sous les candélabres,
Ces corps qui se délabrent,
Éparpillant leurs vertèbres
Dans tous les sens
Les fossiles ont tourné
Sur la Danse Macabre
De Saint-Saëns.


14. Le Cygne
Comme un point d’interrogation
Tout blanc sur le fond de l’eau verte,
Le cygne c’est la porte ouverte
À toutes les suppositions.
Est-il pathétique, ce cygne ?
Est-il un amant malheureux ?
Est-il romantique mais digne,
Ou simplement crétin glorieux ?
C’est un mystère qui persiste.
Et le cygne,
Aux accents de son air fataliste,
S’éloigne lentement de l’eau.
Pour lui, c’est un moment bien triste
Lorsqu’on va jouer ce morceau.
Mais c’est un bel instant
Pour le violoncelliste,
Car il va faire son solo !

Anna Pavlova, créatrice de « La mort du cygne », chorégraphie Mikhail Fokine,1905.

La violoncelliste Hanna Chang, dans une version de concert inspirée

Parodie de La Mort du cygne par un danseur des BalletsTrockadero de Monte Carlo

15. Final
Et maintenant ça y est,
La fête se déchaîne.
Les animaux oublient
Les grilles et les chaînes.
On danse, on fraternise :
Le loup avec l’agneau,
Le renard avec le corbeau,
Le tigre avec le chevreau,
Et le pou avec l’araignée,
Et le manche avec la cognée.
Comme c’est joyeux,
Comme c’est beau,
Le Carnaval des Animaux !
Et puis, quand la nuit
se fera plus claire,
Quand la musique
aura décidé de se taire,
Les bêtes feront
la queue au vestiaire,
Et la vie reprendra.
À nouveau on se craindra :
Le chien et le chat,
Le lion et le rat,
Et caetera.
Ne riez pas !
Les bêtes ne sont pas
les plus bêtes,
en somme.
Et si vous en doutez un brin,
Rendez-vous dimanche prochain
Au Carnaval des hommes

FOCUS MARS : vendredi 22 mars, on oublie l’hiver, on sort !

  • Espace Jean Racine, Saint Rémy lès Chevreuse, découvrez le film de Matthieu VASSILIEV « De la table à la scène » et les secrets de préparation d’une pièce à la Comédie Française (en savoir +)
  • La Terrasse de Sauvegrain, Saint Lambert des Bois, dîner concert « THE BEAUTY AND THE BEASTS »(en savoir +)
  • et pour les fous de jazz, début du 15e Festival Jazz à Toute Heure ! (en savoir +)

FocusMarsCalisto235

Découvrez le film de Matthieu Vassiliev, « De la table à la scène », et les secrets de préparation d’une pièce à la Comédie Française

Image

VisuelTableScene

Restez informé, lisez « La lettre » (mars 2013) : les prochains rendez-vous de calisto-235

Focus calisto-235 février/mars

Poursuivre la visite de l’Odéon

2013-02-16 14.34.02

Participer à la soirée Hommage à Gainsbourg (22/02) à La Terrasse de Sauvegrain

gainsbourg

Soutenir Anthony Mungin  L’écrit d’Anthony (23/02) avec Save Anthony et La Laiterie

EcritAnthonyLaiterie

Découvrir (22/03) le film de Matthieu Vassliev

cropped-visueltablescene.jpg

Projection du Film de Matthieu Vassiliev : vendredi 22 mars, 20h30, Espace Jean Racine, Saint-Rémy-Lès-Chevreuse

Vous aimez le théâtre ? Vous voulez tout savoir du cheminement d’une mise en scène ?

Matthieu Vassiliev vous fait découvrir les coulisses de la mise en scène de Guillaume Gallienne pour la création de « La grand route » de Thchékov à la Comédie Française.

Des premières lectures à la représentation, suivez les comédiens français « de la table à la scène » dans ce film produit en 2011 (ARTE Francen Don’t Shy Productions).

VisuelTableScene

Lire le dossier de presse : ICI