Calisto Junior au Petit Palais pour l’exposition « Paris 1900, la ville spectacle »

Image

AffichetteParis1900

Publicités

Restez informé, lisez LA LETTRE ! avril 2014

Lettre d’information avril 2014

RevueAvril2014

 

30 illustrations pour une biographie d’Henri DUPONCHEL

Tout savoir sur la carrière d’Henri Duponchel, directeur de l’Opéra, architecte, orfèvre, artiste et dandy : cliquer sur l’image puis faites défiler les images pour lire les descriptifs.

Image

Henri Duponchel : un « people » avant l’heure, architecte, metteur en scène, directeur de l’Opéra de Paris

Pour découvrir ce personnage haut en couleur, dandy, passionné, fréquentant le Tout Paris, des salons de la Duchesse de Berry aux Vendanges de Bourgogne (sorte de Fouquet’s avant l’heure…!), venez écouter Catherine Renée LEBOULEUX dont les recherches en histoire culturelle du 19e siècle lui ont fait pister ce partisan de la vérité historique au théâtre, disciple de Daguerre, ami de Delacroix, honni par Berlioz.

Catherine Renée Lebouleux raconte « HENRI DUPONCHEL, UN DIRECTEUR ARTISTE », samedi 25 janvier, 14h00-15h30, La Roulotte, 42 avenue Hoche 78470, Saint Rémy lès Chevreuse

Tarifs : 20€, 15€ (adhérents, « amis » calisto-235), 10€ (-26ans), 5€ (adhérents juniors)

ImageBuste de Duponchel, marbre, Jean-Baptiste Germain, 1885, Paris, Palais Garnier

crédits photographiques Catherine Renée Lebouleux

La lettre d’information de calisto-235 janvier 2014

Restez informé, lisez La lettre ! (cliquer sur l’image)

RevueJanv2014

Focus calisto junior : le XIXe siècle et le romantisme à la cité de la musique

  • Hector Berlioz et la symphonie fantastique (1830) :

Berlioz, en écrivant sa Symphonie Fantastique en 1830 peut être considéré comme un des inventeurs de l’orchestre moderne au début du XIXème siècle. Le XIXème est le temps de la révolution industrielle et les procédés de fabrication des instruments changent, ce qui leur permet d’acquérir des sonorités plus puissantes, adaptées aux grandes salles de concert. Jeune homme du monde, Berlioz compose à 27ans, pour une femme qu’il adore sa symphonie, au sous-titre évocateur de  « Episodes de la vie d’un artiste ». 

BerliozSymphonieFantastiqueBerlioz dirigeant la Symphonie Fantastique, caricature du 19e siècle

Ecouter un extrait :

 

  • La première moitié du 19e siècle voit le développement de l’instrument roi du 19e siècle : le piano.

Il est créé vers 1700 par l’italien Bartolomeo Cristofori qui dote le nouvel instrument de deux inventions essentielles : les marteaux (qui frappent les cordes au lieu de les pincer comme pour un clavecin) et le principe de l’échappement permettant à l’étouffoir de de ne pas rester en concact avec la corde, assurant ainsi une nouvelle ampleur au son du « gravicembalo col piano et forte ».

Le concertiste pianiste est le nouveau héros romantique, au coeur d’un univers traduisant joies, tourments, sentiments et révoltes, en réaction au siècle des Lumières qui avait vu triompher la raison. Franz Liszt incarne à merveilles le concertiste romantique, compositeur et virtuose : « Mon piano, jusqu’ici, c’est moi, c’est ma parole, c’est ma vie , c’est le dépositaire intime de tout ce qui s’est agité dans mon cerveau aux jours les plus brûlants de ma jeunesse ; c’est là qu’on été tous mes ddésirs, tous mes rêves, toutes mes joies et toutes mes douleurs. Ses cordes ont frémi sous toutes mes passions, ses touches dociles ont obéi à tous mes caprices » écrira-t-il.

Liszt a joué principalement sur des pianos Erard, munis d’un double échappement, propice à la virtuosité que réclamaient ses compositions.

Ecouter la rhapsodie hongroise n°2 de liszt par Valentina Lisitsa :

 

Frédéric Chopin est comme Franz Liszt, un remarquable exemple d’artiste romantique. Pianiste virtuose, son toucher se satisfait mieux des pianos de la maison Pleyel, caractérisés par leur souplesse et leur délicatesse. Alors que Liszt a eu une vie assez longue pour qu’il rencontre aussi bien Beethoven que Debussy, Chopin meurt très jeune de la tuberculose. Artiste tourmenté, d’une grande sensibilité, il était sujet au plus grand trac. Voici ce que raconte George Sand dans une lettre de 1841à Pauline Viardot :

« Une grande, grandissime nouvelle c’est que le petit Chip Chip va donner un grrrrrand concert. Ses amis le lui ont tant fourré dans la tête qu’il s’est laissé persuader. Cependant il se flattait toujours que cela serait si difficile à arranger, qu’il y renoncerait. Les choses ont été plus vite qu’il ne croyait. A peine avait-il lâché le oui fatal, que tout s’est trouvé fait comme par miracle, et que les trois-quart de ses billets étaient pris avant qu’on eût même annoncé, alors il s’est réveillé comme d’un songe, et l’on ne peut rien voir de plus drôle, que le méticuleux et irrésolu Chip Chip, obligé de ne plus changer d’avis. Il espérait que vous viendriez et que vous chanteriez pour lui, accompagnée par lui. Quand j’ai reçu votre lettre et qu’il a perdu cet espoir, il voulait défaire son concert. Il n’y avait plus moyen, il s’était trop engagé. Ce cauchemar chopinesque se passera dans les salons de Pleyel le 26. Il ne veut pas d’affiches, il ne veut pas de programmes, il ne veut pas de nombreux public. Il ne veut pas qu’on en parle. Il est effrayé de tant de choses que je lui propose de jouer sans chandelles, et sans auditeurs sur un piano muet. »

Chopin_1846_or_47_daguerreotype_reversed

Une photo de Frédéric Chopin en 1846 ou 1847

Ecouter la Grande valse brillante par Maria Joao Pires :

 

  • L’avènement de la bourgeoisie au 19e siècle permet au piano de devenir l’instrument symbolisant l’aisance matérielle et la bonne éducation.

La période entre 1830 et 1850 devient ainsi l’âge d’or de la facture de piano. Outre les grands pianos à queue de concert, sont fabriqués des pianos droits moins encombrants que l’ont peut plus facilement intaller dans un salon.

Frédéric Chopin sera le professeur illustre de nombre de jeunes filles et jeunes femmes de la grande bourgeoisie parisienne.

PianoRomantique

Lizst au piano, avec George Sand, Marie d’Agoult, Hugo, Rossini, Dumas père, Josef Danhauser, 
© Preussischer Kulturbesitz National Galerie, Berlin

SORTEZ, VISITEZ, DECOUVREZ AVEC CALISTO-235 : LE PIANO ROMANTIQUE (Cité de la musique, Paris)

Retrouvez Catherine Renée LEBOULEUX qui vous fera partager sa passion pour la musique, vous fera côtoyer Chopin et Liszt… Samedi 5 octobre, 14h00, Cité de la Musique, Paris

AffichetteCiteMusique - Copie