UN COUP DE POUCE POUR NOTRE ATELIER DE LECTURE

Un article de Toutes les Nouvelles vient cette semaine donner un coup de pouce pour compléter notre groupe de jeunes lecteurs ! Il nous faut 10 lecteurs de CM2 pour pouvoir nous inscrire au « Petits champions de la lecture » ! On progresse mais il manque encore des enfants. ON VA Y ARRIVER !

Numérisation_20151014

Calisto-235 s’engage pour la lecture ! Vous pouvez nous aider en co-produisant une lecture dans la cadre du Festival « NOMADE, musiques en liberté »

CollectesCalisto235

Une rentrée bouillonnante pour calisto-235 !

Les bureaux de calisto-235 ont rouvert leur porte et déjà les projets se remettent en marche dans une atmosphère de bouillonnement créatif ! La trève estivale n’a pas été complètement inactive, les enjeux de rentrée et l’approche du Festival exigeant une veille indispensable à une efficacité immédiate dès notre retour.

Quelques rendez-vous essentiels déclineront les enjeux de cette rentrée : notre Assemblée Générale annuelle (05/09 à 14h00), le forum des associations à Saint Rémy lès Chevreuse (06/09 Espace Jean Racine de 10h00 à 18h00), l’ouverture de la billetterie du Festival (07/09 sur Moxity et au 09.72.97.47.04).

Nous avons besoin de votre présence active, de votre adhésion, de votre soutien, afin que les projets, les nouveaux ateliers de pratique artistique ouverts aux juniors, le Festival soient la réponse aux enjeux culturels et économiques qui font de calisto-235 une association vivante, chargée de sens et porteuse de lien social.

ADHEREZ À CALISTO-235 ! FAITES VIVRE LA CULTURE DANS VOTRE RÉGION !

Tous les détails de la rentrée dans LA LETTRE, septembre 2015

LettreInfoSept2015

Lettre d’Information « spéciale été 2015 »

Les RV de la rentrée et les programmes de la saison 2015-2016

http://fr.calameo.com/read/00068401000ca36e16e5eDiapositive1

Sortie « nature et patrimoine » à Versailles (allée des Mortemets) : la statue équestre de Louis XIV par Le Bernin, contexte et tribulations

Il semble que le lieu dit des « Mortemets » aiet été acquis par Louis XIII entre 1624 et 1632 :

[…]la terre de Versailles, comprenait de plus, 68 arpents de terres labourables, prés, bois taillis, avec maisons, jardins, mare et fontaine au lieu de Mortemer(1)[…]

(1) Le lieu dit Mortemets est situé au Sud-Ouest de la pièce d’eau des Suisses, une allée du parc menant de cette pièce d’eau au bassin de Choisy porte le nom de Mortemets, ce qui est très probablement le même nom que Mortemer, mais un peu altéré.

Extrait de Versailles aux temps féodaux : recherches historiques et généalogiques sur la seigneurie, les seigneurs et l’ancien domaine de Versailles / par Adrien Maquet,… ; préface de M. le comte de Dion,…

Auteur : Maquet, Adrien (1834-1897) / Éditeur : E. Lechevalier (Paris) / Date d’édition : 1889

  • Une restauration ambitieuse

Située entre la Pièce d’Eau des Suisses et l’Étoile de Choisy, au sud du parc de Versailles, l’allée des Mortemets est un axe historique a été imaginé par André Lenôtre. Elle présente une belle replantation de 582 arbres sur un quadruple alignement sur une longueur de 3,5 km. Cet axe a été entièrement restauré par la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc avec le soutien du château de Versailles et du Ministère de la Défense et ouvert au public en juin 2013.

Cette « restauration s’inscrit dans un vaste plan de circulations douces et de loisirs (pour voir la carte de « La dorsale » et des chemins verts, cliquer ICI)lancé en 2011 par la communauté d’agglomération. A terme, il offrira un réseau de pistes cyclables reliant le territoire d’est en ouest, de la vallée de la Bièvre à la plaine de Versailles et permettra de découvrir une succession de points de vue et de panoramas.
La restauration de ce patrimoine historique a été conduite par Pierre-André Lablaude architecte en chef des monuments historiques, en charge du parc de Versailles. La Région Île-de-France, la ville de Versailles, le Conseil général des Yvelines et l’Agence des espaces verts de la Région Île-de-France ont participé au financement avec le soutien de la marque Yves Rocher et de sa Fondation Yves Rocher Institut de France. » (extrait du site Versailles Grand Parc / en savoir plus)

IMG_20140927_161410

Notre groupe sur l’allée des Mortemets entre l’allée des Matelots et la pièce d’eau des Suisse (crédits photo calisto-235)

  • La pièce d’eau des Suisses

La pièce d’eau des Suisses offre une belle perspective vers l’Orangerie du château de Versailles dont les « Cent marches » épousent la déclivité du paysage pour venir mourir vers cette ancienne plaine marécageuse devenu un espace de promenade exceptionnel. Ce bassin de 13 hectares, profond d’environ 1m70, fut creusé dès 1665. Il fallut plusieurs étapes pour terminer le bassin tel qu’on peut le voir actuellement. D’abord de forme octogonale, il fut agrandi vers 1678 par les Gardes suisses au service de Louis XIV. Un dernier agrandissement en 1682 la dota de ses extrémités arrondies. Les déblais ont servi en partie à remblayer l’« étang puant » sur lequel fut aménagé le potager du roi.

20140927_144134

Notre groupe au bord de la Pièce d’eau des Suisses (crédits photo : calisto-235)

20140927_154317

Les artistes en herbe préfère le dessin au smartphone…! croquis d’Aloïse (CE2)

  • La statue du Bernin

A l’extrémité de la pièce d’eau, se dresse une statue équestre représentant le général romain Marcus Curtius sauvant Rome des flammes.

2013-09-07 19.38.20

crédits photgraphiques Catherine Renée Lebouleux

Cette statue est en réalité le résultat des tribulations de la livraison d’une oeuvre du sculpteur italien Bernini (Naples, 7 décembre 1598 – Rome, 28 novembre 1680) d’un monument à la gloire de Louis XIV qui aurait du prendre place entre les Louvres et Les Tuileries.

A la mort du Bernin en 1680, ses héritiers découvrent cette sculpture monumentale, commandée dans les années 1665 pendant le séjour du Bernin à Paris, séjour pendant lequel il travailla au buste de Louis XIV.

1024px-Château_de_Versailles,_salon_de_Diane,_buste_de_Louis_XIV,_Bernin_(1665)_03

Château de Versailles, salon de Diane, buste de Louis XIV, Bernin (1665) CC BY-SA 3.0

Le Bernin effectua un dessin préparatoire représentant Louis XIV sous les traits d’Hercule grimpant sur la montagne de vertu, puis en réalisa une terre cuite en 1670 que les élèves de l’Académie de France à Rome réaliseront.

Gianlorenzo_Bernini_-_Study_for_an_Equestrian_Statue_of_Loius_XIV_-_WGA02055

Gian-Lorenzo-Bernini-Equestrian-Statue-of-King-Louis-XIV-2-

Après la guerre contre la Hollande (1672-1678) transforma les rochers sous le ventre du cheval et représenta à la place les étendards  pris à l’ennemi.

Cette statue éminemment baroque prenait pour modèle celle de l’empereur Constantin stupéfait de l’apparition de la Croix du Christ, réalisé par le sculpteur pour le Vatican et que l’on peut toujours y admirer (La tradition chrétienne fait état d’une apparition de la Croix dans le ciel vue par l’empereur et son armée, ainsi que d’un songe prémonitoire qui aurait annoncé à Constantin sa victoire contre Maxence au pont Milvius en 3013).

Elle reprenait la position de levade avec dans la main droite du cavalier le bâton de commandement. Alors que Constantin regarde vers le haut, Louis XIV regarde vers le bas : il domine le monde.

constantin-par-le-bernin

La taille commença en 1671 et ne sera terminée qu’en 1673. Colbert, prudent, demande à voir des esquisses détaillées avant de commander un bloc de marbre pour le piédestal.

En 1680, à la mort du Berninn ses héritiers livrent donc la statue. En 1683 survient la mort de Colbert et la statue n’est acheminée en France qu’en 1684. Louis XIV n’est plus le fougueux et jeune roi de 1665, il a 47 ans et cette allégorie pleine d’allant et d’allégresse lui déplait alors qu’il souffre de la goutte et de nombreuses infirmités. Alors que le créateur (Bernini) et le commanditaire (Colbert) sont morts, que l’école de sculpture versaillaise domine en France avec son orientation classique, ordre est donné à Girardon de transformer la statue pour que les traits du roi ne puissent y apparaître. Un casque  est rajouté cependant qu’est gardé le drapé baroque exécuté par l’atelier du Bernin d’après les indications du maître.

  • Deux copies pour un original

En 1980, la statue est vandalisé et doit être restaurée. Deux copies en sont réalisées : une plécée à l’extrémité de la pièce d’eau des suisses, l’autre devant la pyramide du Louvre à Paris, commémorant ainsi l’emplacement pour lequel avait été conçu cette statue équestre.

Original2

Original dans l’Orangerie du château de Versailles

1280px-Louis_XIV_Le_Bernin_Louvre_120409_02

copie parisienne au Louvre

  • Conclusion : la commande de 1685

Pendant qu’on oubliait la commande du Bernin, les agents du pouvoir central reçurent  en 1685 instruction de suggérer aux principaux magistrats municipaux et membres de sétats provinciaux de lancer des projets de statues équestres (1685, année de la révocation de l’édit de Nantes, une année pivot dans le règne de Louis XIV). Il s’agit bien d’une campagne orchestrée de propagande politique. En effet, ce ne sont pas des artistes locaux qui seront sollicités mais bien des artistes du roi. Le maître d’oeuvre de l’entreprise n’étant autre que Jules Hardouin-Mansart. Toutes les statues auraont un air de parenté avec pour référence la statue de Marc-Aurèle dont le cheval allant au pas, traduit l’autorité suprême et tranquille.

Peu de projets iront jusqu’à leur terme. Ceux réalisés seront fondus pendant la Révolution française afin de récupérer le bronze pour la production des canons. Seule la statue de Girardon, prévue pour trôner place Louis Le Grand à Paris (actuelle place Vendôme) est connue grâce à une des nombreuses réductions dont la plus belle se trouve actuellement au musée du Louvre.

LouisXIVGirardon

Restez informé, lisez LA LETTRE !

Lettre d’information mars 2014

RevueMars2014

http://fr.calameo.com/read/0006840108482ffd3fa63

 

La lettre d’information de calisto-235 : février 2014

Restez informé, lisez La lettre ! (cliquer sur l’image)

Image