Calisto Junior au Petit Palais pour l’exposition « Paris 1900, la ville spectacle »

Image

AffichetteParis1900

Publicités

Restez informé, lisez LA LETTRE !

Lettre d’information mai 2014

RevueMai2014

http://fr.calameo.com/read/000684010658fa0b3799c

 

Dimanche 6 novembre, 9h40, ARTE : « De la table à la scène », film de Matthieu Vassiliev

En 2007, Guillaume Gallienne met en scène Sur la grand-route de Tchekhov. Matthieu Vassiliev est invité à suivre le parcours des répétitions jusqu’à la création au Studio Théâtre.

Il en tire un film de 82mn « De la table à la scène »…

Le film est flamboyant. Foisonnant de richesses imbriquées.
Richesse documentaire, richesse du regard, richesse du parcours, de la forme, du tissu sonore et musical qui crée avec les images et les instants captés une envoûtante alchimie.
La route des photographies d’archive est rectiligne. Celle du film se perd en méandres tantôt larges, tantôt serrés qui parfois reviennent en arrière, sur un détail isolé, répété, comme un remous dans une onde aux épisodes espacés capricieux.
Imbrication du temps lointain – de la Mémoire, littéraire et historique – et du temps présent – celui des répétitions, du spectacle.
Les regards, tels des balises incandescentes dans une obscurité qui peine à se dissiper.
Les strates dont se parent, au fil des images, les comédiens – texte, costume, maquillage, pour gravir l’échelle invisible que leur tend Guillaume Gallienne, infatigable marcheur sur cette route exigeante, pour atteindre à la justesse, de l’intonation, du regard, du geste. Travail du metteur en scène, introspection, érudition, construction d’un tout allant du contexte élargi au détail le plus infime : « oh », ce « oh », répété, psalmodié, scandé jusqu’à l’exacerbation.
« Pourquoi ce chemin plutôt que cet autre ? » questionne René Char.
« C’est la route qui est importante », « le pèlerinage, plus que les pèlerins » explique Guillaume Gallienne aux comédiens attentifs au moindre frémissement de voix. Au fur et à mesure des répétitions, au fil des didascalies, suivant le long cours des mots, on voit l’émotion gagner Guillaume Gallienne – certaines fêlures de la voix, certains regards presque embués, puis une soudaine exaltation « peu importe que vous vous trompiez, vous connaissez l’émotion, lâchez ! ». En face de lui les regards, les corps, les fronts. L’extrême tension et parfois soudain aussi le relâchement, le quotidien faisant surface, les complicités, la vie de troupe, les gestes répétés, les bouts de phrase, les fatigues, le poids de l’effort fourni. Et puis les voix, dociles à répéter, répéter et répéter encore une phrase, une intonation. Le crayon qui souligne, scrupuleux de saisir la nuance, de la noter, exacte, pour serrer au plus prêt l’indication délivrée – révélée ? – par cette voix qui explique, exégèse habitée, rigoureuse et humaine.
En fin le rythme, les juxtapositions sonores, la musique, les bruits de nature, les images d’archive soulignant le propos, découpant au scalpel une silhouette qui s’en va s’affirmant, comme découvrant peu à peu ces étendues glacées où le gel est si dense qu’il densifie la matière et les hommes.
*
Ce film nourrit de son incandescence émerveillée. J’y ai trouvé l’espace lisse dans lequel se meut la parole nomade, en un fragile équilibre au bord d’une terre qui toujours se dérobe. J’y ai trouvé la mécanique précise d’un métier finalement mal connu. J’y ai trouvé le paradoxe de l’exil volontaire aux confins du monde et de la liberté de la prise de parole, cette force du témoignage et du verbe.
Ce film dit ce que nous souhaitons transmettre à nos juniors calisto, dont nous essayons d’ouvrir l’âme à d’autres univers que ceux, évidents de la surface des choses qui les entourent, immédiates et faciles.
Il montre la suspension du temps – le temps des répétitions – pour atteindre à une essentielle restitution : celle des émotions, du monde, de l’universelle et inexorable marche que jamais rien n’arrête, la vie toujours en route.

Catherine Renée Lebouleux

Diffusion : ARTE, dimanche 6 novembre 2011, 9h40

A noter : l’exposition « La Comédie-Française s’expose au Petit Palais »

En savoir plus